Fermer

Ghana : un avion cargo nigérian écrase un minibus à l’atterrissage, faisant dix morts

Par AFP

Epave de l'avion qui s'est écrasé aux abords de l'aéroport d'Accra, au Ghana, le 2 juin 2012. © Adadevoh David/AFP

Un avion cargo nigérian a manqué la piste à l'atterrissage samedi soir à Accra, au Ghana, percutant un minibus et tuant dix occupants du véhicule, ont déclaré des responsables aéroportuaire et militaire.

Les quatre membres de l’équipage, dont les deux pilotes du Boeing 727 de la compagnie Allied Air en provenance de Lagos, ont survécu et ont été transportés à la clinique de l’aéroport de la capitale ghanéenne, selon le responsable aéroportuaire.

"Le vol DHV 111, un avion cargo, effectuant la liaison de Lagos à Accra, a manqué la piste à l’atterrissage samedi 2 juin à 19H10", précise un communiqué de l’aéroport.

"L’appareil s’est écrasé près du stade Elwak sur un minibus, tuant dix personnes", ajoute le texte. Ce chiffre a été confirmé par un militaire de haut rang.

Un témoin, Kofi Anor, a déclaré: "j’avais fini mon travail et je revenais chez moi sous la pluie lorsque j’ai vu l’avion tomber sur le minibus Benz et écraser mortellement les passagers se trouvant à l’intérieur".

Pas d’habitations touchées

L’épave de l’appareil, dont la queue et les ailes se sont détachées, était visible près de l’aéroport, à côté des restes du minibus, a constaté un correspondant de l’AFP.

Les services de secours, la police et les pompiers arrivés sur les lieux de l’accident en ont aussitôt bouclé les accès. L’appareil s’est écrasé à l’extérieur de l’aéroport à proximité d’une base militaire et du stade mais n’a apparemment pas touché d’habitations.

Les gestionnaires de l’aéroport de la capitale du Ghana ont déclaré que les opérations se poursuivaient normalement en dépit de l’accident.

Aucune catastrophe aérienne n’a été enregistrée ces dernières années au Ghana, un pays d’Afrique de l’Ouest de 24 millions d’habitants.

Le chef de l’agence ghanéenne de la gestion des catastrophes nationales, Kofi Kportufe, a déclaré qu’"il s’agissait d’une journée triste pour le Ghana car des concitoyens sont morts dans l’accident."

Pas de catastrophe depuis des années

"Mais nous sommes reconnaissants à l’armée, aux pompiers pour leur réaction rapide qui a évité une plus ample catastrophe", a-t-il dit. Les corps des victimes ont été transportées à la morgue d’un hopital militaire proche où une foule, dont des personnes en pleurs, s’est rassemblée pour identifier les morts, a constaté un reporter de l’AFP.

Le vice-président du Ghana John Dramani Mahama a promis une enquête approfondie. "Il ne faut pas tirer de conclusions prématurées", a-t-il dit avant de se rendre sur les lieux.

"Nous devons permettre à l’enquête de déterminer la véritable cause de l’accident. Mais je peux assurer les Ghanéens que la situation est sous controle", a-t-il dit.

Un interlocuteur joint sur une liste de numéros d’Allied Air dans la ville pétrolière nigériane de Port Harcourt a déclaré qu’il s’agissait d’une compagnie nigériane mais aucun responsable au bureau de Lagos n’a fait de commentaire sur l’accident et d’autres appels à des numéros de la société n’ont pas reçu de réponse.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici