Fermer

RDC : les rebelles du M23 reprennent du terrain

Par AFP

Des soldats rebelles du M23 à Bunagana, dans l'est de la RDC, le 23 juillet 2012. © Phil Moore/AFP/Archives

Les forces rebelles du M23 qui luttent contre le pouvoir dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) ont repris vendredi du terrain sur les forces armées de République démocratique du Congo (FARDC), apprend-on samedi à Goma de diverses sources.

Un responsable du M23, interrogé au téléphone par l’AFP a annoncé que leurs forces étaient positionnées à un kilomètre de Kibumba, à environ 30 km au nord-est de Goma. Ils occupaient cette position quand ils avaient été arrêtés mardi dernier par des tirs d’hélicoptères de l’armée régulière et des Nations unies venues en protection des populations civiles de la région.

Les FARDC avec des chars et des hélicoptères d’attaque avaient repris du terrain, mais vendredi elles semblaient l’avoir reperdu.

Selon une source diplomatique, interrogée à Kinshasa, ce repli serait dû à l’épuisement des munitions tant des hélicoptères que des chars. Selon les journaux publiés samedi dans la capitale ces combats auraient fait cinq morts, dont deux par balles et neuf blessés.

Aucun bilan n’a pu être obtenu auprès des différents porte-paroles militaires sur place.

Le lieutenant Olivier Hamuli, porte-parole de l’armée a reconnu que des combats étaient engagés au nord de Kibumba, qui est toujours, selon lui, sous le contrôle de l’armée.

Mouvements de population

D’importants mouvements de population fuyant les combats ont été aperçus se dirigeant vers Goma, apprend-on auprès de témoins.

Selon une source informée à Goma une délégation de responsables du renseignement congolais serait arrivée samedi à Goma venant de Kinshasa et en compagnie du gouverneur de la province, M. Julien Paluku, s’apprêterait à rencontrer le ministre rwandais de la défense, le général James Kabarebe.

Cette rencontre interviendrait deux semaines après la rencontre des deux chefs d’Etat, Joseph Kabila et Paul Kagame, à Addis Abeba où il avait été convenu de l’implantation d’une "force neutre" chargée de neutraliser les rebelles dans l’est du pays et surveiller la frontière avec le Rwanda.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici