Fermer

Algérie : un quatrième garde-frontière tué près de la frontière avec le Maroc

Par AFP

Un soldat du côté algérien de la frontière avec le Maroc, le 14 juillet 2011. © AFP

Un quatrième garde-frontière algérien a succombé à ses blessures après un accrochage jeudi avec un groupe armé entre les localités de Zouia et de Roubane, près de la frontière avec le Maroc, a indiqué la presse algérienne samedi.

L’identité du "groupe armé" n’a pas été établie avec précision. Selon le Quotidien d’Oran, l’accrochage qui a fait quatre victimes parmi les gendarmes gardes des frontières (GGF), dont un officier, a eu lieu entre "des terroristes (expression désignant les groupes islamistes) qui rentraient ou sortaient du territoire algérien, et une patrouille des gendarmes "

Le quotidien El Watan, lui, a mis en cause "les réseaux de contrebande" très actifs dans cette zone et qui, souligne le journal, "ont essuyé d’importantes pertes générées par de récurrentes saisies opérées par les GGF ces derniers temps". Les contrebandiers auraient été surpris par l’arrivée des gendarmes, selon El Watan.

La frontière algéro-marocaine est fermée depuis août 1994 après un attentat meurtrier à Marrakech, dont le royaume avait rendu responsable les services de renseignements algériens, mais les passeurs et même les populations frontalières arrivent à la traverser.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici