Fermer

Guinée : huit morts et 46 disparus dans le naufrage d’une pirogue

Par AFP

Une pirogue. © AFP

Huit personnes, dont un petit garçon ont péri, et 46 étaient recherchées vendredi soir en Guinée après le naufrage d'une pirogue en mer à proximité de Conakry, selon un nouveau bilan communiqué à l'AFP par la gendarmerie, qui a fait état de quatre rescapés secourus.

Le tout premier bilan communiqué en début de soirée par un gendarme avait fait état de cinq morts, d’une trentaine de disparus et de deux survivants. La pirogue, d’une capacité d’environ 20 passagers maximum, était partie de l’île de Kassa (une dizaine de kilomètres à l’ouest de la capitale) pour Conakry et "a chaviré en mer quelques minutes après son départ du quai", avait précisé ce gendarme.

Joint vendredi en début de soirée, un autre gendarme présent sur les lieux a indiqué que huit corps avaient été repêchés et transportés à la morgue de l’Hôpital Ignace Deen de Conakry.

Cette information a été confirmée à l’AFP par des policiers déployés devant l’hôpital. Il s’agit des "corps de sept femmes et d’un petit garçon, de moins de dix ans", a précisé un des policiers.

46 personnes manquent à l’appel

Selon le gendarme joint en début de soirée, quatre rescapés ont été secourus et les recherches se poursuivaient pour retrouver 46 personnes manquant à l’appel. La police, la gendarmerie et des brigades portuaires participent aux opérations.

Au total, 58 personnes étaient à bord de la pirogue à son départ de l’île de Kassa, selon de nouveaux témoignages obtenus par la gendarmerie. "Le pilote de la barque en était à son premier voyage", a précisé le gendarme.

De nombreuses femmes et enfants avaient pris place dans la pirogue naufragée, qui effectuait le transport de passagers et de marchandises.

Elle s’est renversée "sous le poids des bagages aidé par un vent violent et des vagues. (…) Ce sont les pêcheurs qui sont arrivés les premiers sur les lieux et ont donné l’alerte", avait indiqué le premier gendarme.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici