Fermer

Nord Mali : un Espagnol brièvement « arrêté » par un groupe armé d’Ansar Eddine

Par AFP

Photo prise le 7 août 2012 à Kidal de combattants d'Ansar Eddine. © AFP

Un Espagnol a été brièvement "arrêté" dans le nord du Mali par Ansar Dine, un des groupes jihadistes contrôlant depuis cinq mois ces zones, qui l'a renvoyé vers la région de Mopti (centre), a appris l'AFP samedi de sources concordantes.

L’Espagnol, dont l’identité n’a pas été révélée, n’était plus samedi aux mains du groupe armé, a indiqué le média privé mauritanien Sahara Medias, citant des sources dans le nord du Mali où elle dispose d’un vaste réseau de correspondants. L’information a été confirmée à l’AFP par des sources jointes à Nianfunké, ville au sud-ouest de Tombouctou (nord) contrôlée par Ansar Dine, où il a été appréhendé. "Le +Toubab+ (Occidental, NDLR) était arrivé jeudi sur la rive droite du fleuve Niger, dans un village en face de Niafunké. Il était arrivé à moto, les villageois l’ont dissuadé de traverser le fleuve" ce qu’il n’a pas écouté, a expliqué un témoin joint dans cette ville par l’AFP depuis Bamako.

"Il a pris une pirogue. A Nianfunké, il a été interpellé par la police islamique" d’Ansar Dine, "il a été conduit dans leurs locaux jusqu’à tard dans la nuit de jeudi à vendredi. Il a ensuite été relâché", a dit ce témoin, un enseignant. Un journaliste habitant la ville a indiqué qu’il avait été évacué vers Mopti (centre), capitale de la région du même nom plus au sud. Selon Sahara Medias, l’Espagnol "a été momentanément arrêté" vers Niafunké "puis relâché par Ansar Dine" vendredi. Ce groupe a "ramené l’Espagnol à Mopti (centre) pour le relâcher". "Nous avons pris cette initiative pour protéger l’Espagnol et pour justement lui éviter un éventuel enlèvement", a dit un responsable d’Ansar Dine qu’il a cité.

Les contacts ne seraient pas rompus entre le Mujao et Alger

Un média étranger avait fait état samedi matin de l’enlèvement de l’Espagnol par un autre groupe islamiste armé présent dans la région, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). D’après diverses sources concordantes, Niafunké est une ville contrôlée par Ansar Dine. Ce groupe et le Mujao, alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique, ont pris ensemble, avec d’autres mouvements armés, le contrôle du nord du Mali il y a plus de cinq mois. Les islamistes prônent l’instauration de la charia (loi islamique) et ont commis plusieurs brutalités en son nom.

Le Mujao a revendiqué le rapt, le 5 avril 2012, du consul d’Algérie et six membres de sa mission à Gao (nord-est du Mali). Trois otages ont, depuis, été libérés. Le Mujao a annoncé avoir exécuté le vice-consul le 1er septembre, après expiration d’un ultimatum fixé pour la libération de jihadistes en Algérie, ce qui porterait à trois le nombre d’otage algériens entre ses mains. Alger a affirmé ne disposer d’aucune information après cette annonce et indiqué que "les contacts ne sont pas rompus" avec les ravisseurs.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici