Fermer

Afrique du Sud : la police disperse des mineurs à Marikana

Par AFP

Des mineurs grévistes manifestent le 14 septembre 2012 à Marikana. © AFP

La police a tiré samedi des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour disperser un rassemblement de plusieurs centaines de mineurs près de la mine de platine en grève de Marikana, a constaté un photographe de l'AFP sur place.

Les mineurs s’étaient rassemblés sur leur lieu habituel près de l’entrée du site du groupe britannique Lonmin, des hélicoptères survolant la zone, quand une douzaine de blindés de police ont fait irruption et des gaz lacrymogènes ont été tirés pour disperser la foule.

Les mineurs se sont ensuite à nouveau regroupés dans la zone de bidonvilles voisins, ont incendié des pneus et lancé des pierres sur la police qui les poursuivait, provoquant des heurts sporadiques.

Les policiers ont aussi fait usage de tirs de grenaille. Au moins un homme a été blessé, touché au bras et au torse par un tir de balles en caoutchouc, a constaté l’AFP.

Perquisitions

Une opération massive de police a démarré dans la nuit, la police perquisitionnant des foyers de mineurs et procédant à la saisie de machettes et bâtons traditionnels.

Vendredi, le gouvernement sud-africain avait annoncé des mesures fermes de maintien de l’ordre dans la région de Rustenburg (nord), où une grève pour les salaires a démarré le 10 août chez Lonmin, et s’est étendue à des puits de platine voisins.

"Ceux qui procéderont à des rassemblements illégaux, porteront des armes dangereuses, se livreront à la provocation ou menaceront de violence dans les zones concernées, seront traités comme il se doit", avait déclaré le ministre de la Justice Jeff Radebe.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici