Fermer

RDC : le PAM s’alarme du nombre croissant de réfugiés dans l’Est

Par AFP

Réfugiés à Ngangi, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), en 2008. © Walter Astrada/AFP

Le bureau du Programme alimentaire mondial (PAM) en République démocratique du Congo (RDC) s'alarme vendredi dans un communiqué de "l'afflux important et continu de personnes déplacées dans l'est de la RDC".

Selon les derniers chiffres du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR), la RDC comptait fin août plus de deux millions de personnes déplacées (2.235.954) dont 1,53 million dans le Sud et le Nord Kivu, les deux régions de l’est les plus touchées par l’insécurité.

Selon le communiqué du PAM "les combats impliquant d’anciens et nouveaux groupes armés, essayant d’étendre leurs zones d’influence (…) ont pour conséquences des déplacements massifs de population dans les provinces du Nord et Sud Kivu, Maniema, dans le nord du Katanga et en Province Orientale".

"Le plus souvent, explique dans son communiqué le représentant local du PAM, Martin Ohlsen, les gens abandonnent leur maison, leurs champs et leur bétail, qui constituent leur unique source de revenu. Même lorsqu’ils ne sont réfugiés qu’à une vingtaine de kilomètres de leur village, ils sont totalement démunis et incapables de subvenir aux besoins de leur famille".

Manque de moyens

Un programme d’urgence vient d’être mis en place pour aider jusqu’en juin 2013 1,2 million de personnes mais selon Ohlsen "jusqu’ici nous sommes parvenus à mobiliser à peine 15% des 81 millions de dollars dont nous avons besoin".

Dans un souci d’efficacité le PAM a commencé par distribuer des biscuits hyperprotéinés, puis des rations alimentaires d’urgence ou, dans les zones où les marchés sont suffisamment achalandés, des bons d’achats afin que les déplacés puissent acheter directement leur nourriture auprès des commerçants locaux. 77.000 personnes en ont déjà bénéficié dont 55.000 à Kanyaruchina, près de Goma. 188.000 autres devraient en profiter d’ici à juin 2013.

"Il ne faut pas oublier, précise Ohlsen, que cette crise a lieu dans l’un des plus pays les plus pauvres du monde, où 5,4 millions de personnes sont confrontées de façon chronique à la faim et à la malnutrition". Outre les 81 millions attendus pour faire face à l’urgence, le PAM a estimé à 84,6 millions ses besoins pour "lutter contre l’insécurité alimentaire chronique " en RDC.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici