Fermer

Tunisie : manifestation sans incident des diplômés chômeurs dans Tunis

Par AFP

Des policiers anti-émeutes tunisiens surveillent l'avenue Bourguiba à Tunis. © AFP

Des centaines de Tunisiens ont manifesté samedi à Tunis pour réclamer du travail et appelé à la chute du gouvernement dirigé par les islamistes du parti Ennahda, a constaté une journaliste de l'AFP.

A l’appel de l’Union des diplômés chômeurs (UDC), les manifestants se sont rassemblés devant le siège de la centrale syndicale (l’Union générale des travailleurs tunisiens, UGTT) avant de défiler sur l’avenue Habib Bourguiba, artère principale de la capitale hautement surveillée par la police. La marche soigneusement encadrée par un dispositif policier comprenant des unités anti-émeutes se déroulait sans incident, les manifestants étaient tenus à distance de l’ambassade de France protégée par des barbelés et des véhicules militaires depuis la publication de caricatures de Mahomet en France.

"Travail, liberté, dignité!", "Où sont tes promesses, gouvernement menteur", "Ni peur, ni terreur, la rue appartient au peuple", "Le peuple veut la chute du gouvernement", scandaient les manifestants. "Y en marre d’attendre des promesses sans lendemain", a déclaré à l’AFP Majid Rihaï, un diplômé de l’université, âgé de 28 ans. D’autres jeunes enveloppés dans des drapeaux, rouge et blanc, de la Tunisie ont dénoncé la nonchalance du gouvernement. "Ce gouvernement ne prend pas nos problèmes au sérieux et ne parle du chômage que pour nous instrumentaliser", a renchéri Amira Sassi, 25 ans. Dans un communiqué, l’UDC a réclamé la publication des listes de candidats admis dans des concours d’embauche dans la fonction publique et de confier le recrutement à une instance autonome pour "garantir la transparence et mettre fin au népotisme".

750 000 demandeurs d’emploi diplômés

Le gouvernement a lancé un programme d’emploi pour 25.000 personnes dans la fonction publique, en plus de milliers d’autres dans le secteur privé. Le taux de chômage est tombé à 17,6% en septembre 2012 contre 18,9% durant l’année 2011 (14% en 2010), les diplômés formant le tiers de quelque 750.000 demandeurs d’emploi dans le pays. Ce taux de chômage national cache d’importantes disparités régionales allant de 50% dans des régions déshéritées enclavées à moins de 6% sur la côte centre-est nantie.

La manifestation non autorisée par le ministère de l’Intérieur, selon les organisateurs, était la première a avoir lieu dans Tunis depuis les violences qui ont marqué les protestations contre un film islamophobe devant l’ambassade des Etats-Unis le 14 septembre. Les autorités tunisiennes avaient été alors prises de court et les affrontements ont fait quatre morts parmi les manifestants issus pour la plupart de la mouvance salafiste.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici