Fermer

Libye : des centaines de partisans du fédéralisme manifestent dans l’est du pays

Par AFP

Des Libyens manifestent pour l'autonomie de leur région, le 2 octobre 2012 à Benghazi. © AFP

 Des centaines de partisans du fédéralisme ont manifesté vendredi à Benghazi, dans l'est de la Libye, pour réclamer l'autonomie de cette région riche en pétrole et berceau de la révolution contre le colonel Mouammar Kadhafi.

Plus de 1.000 manifestants réclamant une plus grande autonomie de la région de la Cyrénaïque se sont rassemblés devant l’hôtel Tibesti après la prière hebdomadaire du vendredi, selon un journaliste de l’AFP. "Ignorer nos demandes de fédéralisme aura de graves conséquences pour l’avenir de la Libye", pouvait-on lire sur une banderole.

Certains partisans du fédéralisme voudraient que Benghazi devienne la capitale économique du pays où seraient basées des institutions clés comme la Banque centrale ou les ministères du Pétrole et des Finances. Les manifestants ont fait circuler une déclaration appelant à un retour à la Constitution de 1951 et exprimant leur soutien au gouvernement du Premier ministre Ali Zeidan, qui a été approuvé mercredi par l’Assemblée nationale. "Nous déclarons notre plein soutien au gouvernement élu, qui a obtenu la confiance du Congrès national général, afin de rédiger une Constitution sur la base de la Constitution légitime de 1951", selon ce texte.

Négligés par Kadhafi

La Libye était dotée d’un système fédéral de 1951 à 1963 sous le règne du roi Idriss al-Sénoussi renversé par Kadhafi en 1969. Elle était alors divisée en trois régions administratives: la Cyrénaïque (est), la Tripolitaine (ouest) et le Fezzane (sud). Les partisans du fédéralisme estiment que l’Est a été négligé à l’époque où le colonel Kadhafi était au pouvoir (1969-2011). Le camp fédéraliste s’est fait connaître en mars dernier mais ses appels à boycotter les élections législatives de juillet ont été largement ignorées

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici