Fermer

Intervention au Mali : la Cedeao pour l’envoi d’une force de « 3 300 soldats pour une durée d’un an »

Par AFP

Les dirigeants de la Cedeao réunis en sommet extraordinaire à Abuja, le 11 novembre 2012. © Pius Utomi Ekpei/AFP

Des dirigeants africains réunis dimanche à Abuja se sont prononcés en faveur de l'envoi au Mali d'une force de "3 300 soldats", "pour une durée d'un an", afin de reconquérir le nord du pays occupé par des groupes islamistes armés, a déclaré le président ivoirien Alassane Ouattara.

"Nous prévoyons 3.300 soldats pour une durée d’un an", a dit M. Ouattara aux journalistes, à l’issue du sommet réunissant des dirigeants des 15 pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et de quelques autres pays africains, dans la capitale nigériane.

Ces soldats proviendraient prioritairement des pays membres de la Cédéao mais pourraient également être fournis par d’autres Etats non membres, a-t-il dit.

"Nous avons des pays qui offrent des bataillons, d’autres des compagnies (…). Il y a, bien sûr, le Nigeria, le Sénégal, le Niger, le Burkina Faso, nous avons également des pays comme le Ghana (…), le Togo", a-t-il dit, citant des pays membres de la Cédéao.

Participations extérieures à la Cedeao

M. Ouattara a également mentionné d’autres pays non membres: "le Tchad, également, pourrait participer" et "nous avons eu des contacts avec d’autres pays: la Mauritanie, l’Afrique du Sud", a-t-il dit.

Le président ivoirien a dit espérer que le Conseil de sécurité des Nations unies donnerait son feu vert à une intervention internationale fin novembre ou début décembre.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici