Coton : l’Afrique de l’Ouest se dépêche de vendre

Edward George, analyste chez Ecobank. DR ©

Edward George, directeur de la recherche sur les matières agricoles d'Ecobank, analyse pour Jeune Afrique l'état du marché du coton.

« Les cours internationaux du coton sont orientés à la hausse depuis la fin 2012. Ils ont encore gagné en vigueur fin septembre, pour atteindre 87,2 cents [0,63 euro] la livre le 30 septembre, soit une hausse d’environ 10 % sur les douze derniers mois.

Frénésie chinoise

Les prix continuent d’être soutenus par les attentes du marché envers la Chine, principal importateur de coton fibre, qui poursuit depuis plusieurs années une politique d’achat très agressive pour constituer ses stocks. Le premier producteur et premier consommateur de la planète disposerait de 53 % des stocks mondiaux au 31 juillet 2013.

Toutefois, cette frénésie chinoise pour le coton n’a pas eu autant d’impact que prévu sur les prix. Tout d’abord grâce aux excédents de production de ces deux dernières années puis en raison des incertitudes liées à cette politique d’achat pour la prochaine campagne qui devraient peser sur les cours. Les volumes de production mondiaux sont prévus à la baisse : – 3,5 %, soit 25,6 millions de tonnes.

Cliquez sur l'image.

La livre de coton pourrait alors repasser juste sous la barre des 80 cents avant la fin de cette année, pour retrouver un niveau identique à la moyenne de la dernière décennie. D’autant que la consommation de fibre restera inférieure de plus de trois millions de tonnes aux volumes produits dans le monde.

Redressement

Les stocks mondiaux devraient alors s’élever à près de 20 millions de tonnes au 31 juillet 2014. Dans ce contexte, les pays producteurs d’Afrique de l’Ouest se sont dépêchés de vendre leurs productions respectives pour profiter des cours.

La filière poursuit le redressement observé ces dernières années et sa production, estimée à 926 000 tonnes de fibre en 2012-2013, devrait encore progresser à 943 000 tonnes pour la campagne suivante, toujours orientées à 99 % vers l’export. »