Fermer

La Tunisie promet des mesures d’urgence pour les mausolées attaqués

Par AFP

Le mausolée d'un saint incendié dans un haut lieu du tourisme en Tunisie. © AFP

Le gouvernement tunisien a promis des mesures "d'urgence" pour protéger les mausolées soufis visés par des dizaines d'attaques, une annonce qualifiée samedi de "positive" mais tardive par l'Union soufie de Tunisie qui accuse des groupuscules salafistes de ces saccages.

Mis à jour le 26/01/13 à 17h00

Le gouvernement tunisien a promis des mesures "d’urgence" pour protéger les mausolées soufis visés par des dizaines d’attaques, une annonce qualifiée samedi de "positive" mais tardive par l’Union soufie de Tunisie qui accuse des groupuscules salafistes de ces saccages.

Le ministre de la Culture, Mehdi Mabrouk, a indiqué vendredi soir qu’une "stratégie d’urgence" serait mise en place par "les ministères de la Culture, de l’Intérieur et des Affaires religieuses pour faire face aux agressions répétées contre les mausolées et zaouias", selon l’agence officielle TAP.

Selon lui, la surveillance de ces sanctuaires est devenue "une affaire urgente" étant donné "que des indices claires prouvaient l’existence d’une démarche planifiée par certains partis obscurantistes" contre le patrimoine religieux et culturel tunisien.

Les islamistes radicaux, en particulier les salafistes, considèrent que les mausolées soufis érigés à la mémoire de saints musulmans contreviennent au précepte de l’unicité de Dieu. L’Union soufie de Tunisie les accuse dès lors de chercher à détruire systématiquement ces sanctuaires.

Le secrétaire général de cette association, Mohamed El Heni, a salué la promesse du ministre de la Culture mais regretté qu’aucune mesure concrète n’ait été annoncée, alors que depuis huit mois près d’une quarantaine de mausolées ont été saccagés ou incendiés. "On salue cette initiative mais on répète que le gouvernement a agi très en retard. Nous espérons que (les mesures) seront mises en place rapidement et que ce ne sera pas un simple effet d’annonce", a-t-il déclaré à l’AFP.

Il a relevé que le ministre de la Culture a toujours été à l’écoute des confréries soufies contrairement au ministère de l’Intérieur qui n’a jamais réagi face à la recrudescence des attaques.

Des centaines de personnes ont pu participer sans incident aux cérémonies du mausolée de Sidi Belhassen Chedly, dans le sud de Tunis, qui chaque année attirent la foule le samedi suivant la fête du Mouled, qui marque la naissance du prophète Mohamed, selon un photographe de l’AFP. Des militaires ont été déployés aux abords de ce lieu de culte pour l’occasion.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici