Fermer

Égypte : nouvelles violences nocturnes autour du palais présidentiel

Par AFP

La police anti-émeutes déployée devant le palais présidentiel, le 2 février 2013 au Caire. © AFP

La situation était calme dimanche matin autour du palais présidentiel au Caire après des heurts sporadiques dans la nuit entre les forces de sécurité et des manifestants, selon des témoins.

Des unités de police en poste près du palais sont intervenues tard dans la nuit à coup de gaz lacrymogènes lorsque des protestataires ont tenté de forcer l’une des entrées du bâtiment, a-t-on ajouté de mêmes sources, sans faire état de victime.Des jeunes, parmi des centaines de manifestants rassemblés samedi soir devant le palais, ont jeté des pierres, des cocktails molotov et des feux d’artifice contre l’enceinte du bâtiment, a constaté un journaliste de l’AFP.

Ils protestaient contre le président islamiste Mohamed Morsi, en scandant les slogans de la révolte ayant provoqué la chute de l’ancien président Hosni Moubarak il y a deux ans: "Dégage" ou "Le peuple veut la chute du régime".

Funérailles symboliques

Un des manifestants a déclaré samedi soir que le rassemblement visait notamment à rendre hommage, par des funérailles symboliques, à un manifestant tué la veille.

La Garde républicaine, déployée à l’intérieur du palais, n’est pas intervenue contre les manifestants. "Nous ne répondons plus aux provocations de certains manifestants devant le palais", a déclaré son commandant, le général Mohamed Ahmed Zaki, dans une déclaration publiée par l’agence officielle Mena.

Une vidéo montrant un homme nu battu par des policiers anti-émeutes lors des manifestations de vendredi devant le palais présidentiel, diffusée sur internet par des chaînes de télévision, a provoqué des appels de l’opposition à la démission du ministre de l’Intérieur Mohamed Ibrahim, qui a annoncé une enquête.
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici