Fermer

CAN 2013 : le Ghana et le Mali en demi-finales

Par AFP

L'explosion de joie des Maliens après leur qualification pour les demi-finales de la CAN. © AFP

Le Ghana et le Mali se sont qualifiés samedi pour les demi-finales de la CAN-2013 au détriment respectivement du Cap-Vert (2-0), contre le cours du jeu, et de l'Afrique du Sud, nation organisatrice, aux tirs au but (1-1 a.p., 3-1 t.a.b.).

Les demi-finales de mercredi prennent forme, en tout cas à moitié, en attendant les deux quarts dominicaux: le Ghana affrontera le vainqueur de Burkina Faso-Togo, et le Mali celui de Côte d’Ivoire-Nigeria.

Ghana et Mali s’étaient affrontés l’année dernière dans le match pour la troisième place, remporté par le Mali.

A Port Elizabeth, le Ghana a pris rendez-vous pour la quatrième fois de suite pour le dernier carré de l’épreuve. Les deux hommes décisifs ont été Wakaso, auteur d’un doublé (54e s.p., 90e+5) qui lui permet de rejoindre le Burkinabé Alain Traoré en tête du classement des buteurs (3 buts), et le gardien ghanéen Dauda, auteur de plusieurs grandes parades.

Mais les hommes du match furent plutôt les Cap-Verdiens, qui ont monopolisé les occasions et le jeu. L’archipel lusophone de 500.000 habitants, plus petite nation à avoir participé à une CAN, quitte le tournoi avec les honneurs, teintés de regrets. Les îliens se sont plaint de l’arbitre, qui a accordé un penalty après que Gyan a été déséquilibré épaule contre épaule dans la surface.

Le héros Diakité

A Durban, chaque équipe a eu sa mi-temps : aux Bafana Bafana la première, aux Maliens la seconde. C’est donc naturellement que Rantie a ouvert le score (31e), et que l’homme à tout faire des Aigles, leur capitaine Seydou Keita, a égalisé (58e).

Dans la loterie finale, le gardien malien Diakité, spécialiste des tirs au but, a arrêté les tentatives de Furman et Mahlangu, tandis que Majoro manquait le cadre. Le Mali, qui avait déjà sorti le pays organisateur aux tirs au but l’année dernière (le Gabon), n’a jamais remporté la CAN (une finale perdue, en 1972). Les Aigles veulent surtout donner de la "joie" à leur pays, dont le nord est en passe d’être débarrassé des groupes islamistes.

"Les nouvelles sont très bonnes et les joueurs sont libérés de ce côté-là, avait relevé le sélectionneur Patrice Carteron vendredi. Ils ont envie de participer à ce qui se passe de positif dans leur pays".

L’Afrique du Sud en revanche, qui n’aura battu que le faible Angola dans le tournoi qu’elle organise (2-0), n’a toujours pas connu le dernier carré de l’épreuve au XXIe siècle.
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici