Fermer

Nigeria : le sélectionneur Stephen Keshi retire sa démission

Par AFP

Stephen Keshi, l'ex-sélectionneur des SUper Eagles. © Reuters

Le sélectionneur du Nigeria Stephen Keshi est revenu sur sa décision de quitter l'équipe nationale après avoir mené le pays à une troisième victoire en Coupe d'Afrique des Nations, dimanche à Johannesburg, quelques heures après avoir annoncé son départ.

Mis à jour le 12/02/13 à 10h45

Le sélectionneur du Nigeria Stephen Keshi est revenu sur sa décision de quitter l’équipe nationale après avoir mené le pays à une troisième victoire en Coupe d’Afrique des Nations, dimanche à Johannesburg, quelques heures après avoir annoncé son départ.

Dans une déclaration signée par l’entraîneur et rendue publique mardi par la Fédération nigériane de football, Keshi explique qu’il continuera à entraîner les Super Eagles après une intervention du ministre des sports.

"J’ai eu l’occasion d’exprimer mon mécontentement sur certaines choses qui se sont produites dans le cadre de notre participation à la CAN-2013, que mon équipe a gagnée par la grâce de Dieu. En ce qui concerne mes relations avec la Fédération nigériane de football, j’ai eu depuis l’occasion de discuter de diverses questions avec toutes les parties concernées", a-t-il déclaré.

"Je suis donc heureux de pouvoir dire que j’ai reconsidéré ma position et décidé de poursuivre mon travail", selon le communiqué de Keshi qui remercie "l’honorable ministre des Sports, Mallam Bolaji, Abdullahi, pour son intervention rapide et gentille".

Lundi Stephen Keshi avait annoncé, sur une radio sud africaine, avoir présenté sa démission, expliquant que "si une fois rentré au pays, on n’apprécie pas votre travail, eh bien vous ne pouvez pas forcer quelqu’un à vous aimer", confirmant ainsi qu’il existait certaines tensions au sein de la sélection des Super Eagles.

Keshi, 51 ans, est devenu en novembre 2011 entraîneur du Nigeria avec un contrat de quatre ans.

L’équipe qui a dominé dimanche en Afrique du Sud le Burkina Faso (1-0) sera reçue par le président nigérian Goodluck Jonathan mardi.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici