Le prédicateur Abou Qatada débarque en Jordanie pour y être jugé

Par AFP

Abou Qatada, en avril 2012. © AFP

Le prédicateur radical Abou Qatada, expulsé de Londres samedi 6 juillet, a atterri dimanche matin à Amman, en Jordanie, où il a été pris en charge par la justice militaire. Jadis considéré comme "l'ambassadeur de Ben Laden en Europe", il devra répondre de ses actes devant la justice du royaume hachémite.

A son arrivée, "Abou Qatada était escorté par des agents britanniques et jordaniens, qui l’ont remis aux enquêteurs de la cour de sécurité d’Etat", a annoncé un responsable jordanien sous couvert de l’anonymat.

Le tribunal militaire se trouve à côté de l’aéroport à Amman. Le père d’Abou Qatada, ses frères et d’autres membres de sa famille se trouvaient devant le bâtiment, où le prédicateur devait être conduit.

Le gouvernement jordanien a insisté sur sa volonté de "crédibilité et de transparence" à l’occasion du procès pour terrorisme qui attend le prédicateur. Les tribunaux jordaniens bénéficient d’une intégrité et d’un respect des droits de l’homme", a assuré le porte-parole du gouvernement jordanien, Mohammad Momani, cité par l’agence officielle jordanienne Petra.

Cette extradition intervient quelques semaines après la ratification par la Grande-Bretagne et la Jordanie d’un traité qui, sans mentionner le cas précis du prédicateur, garantit que des preuves obtenues par la torture ne pourront pas être utilisées contre Abou Qatada lors de son procès.

Joie de David Cameron

Ce dernier a quitté dans la nuit de samedi à dimanche la Grande-Bretagne par avion et sous bonne escorte. Des images télévisées ont montré le prédicateur vêtu d’une djellaba blanche lors de son embarquement dans un appareil de la RAF.

Le premier ministre britannique David Cameron avait déclaré en mai dernier qu’il serait "l’une des personnes les plus heureuses de Grande-Bretagne" une fois le prédicateur loin de Londres. En octobre, les autorités britanniques avaient déjà pu exprimer leur soulagement en extradant un autre prêcheur célèbre, Abou Hamza, vers les Etats-Unis, au terme d’une bataille judiciaire qui a duré huit ans.

Abou Qatada a été arrêté en Grande-Bretagne pour la première fois en 2002 en vertu de la législation anti-terroriste. Il aura passé la décennie écoulée à surtout faire des allers et retours en prison. Sa femme et ses cinq enfants devraient quant à eux rester au Royaume-Uni, où Abou Qatada était arrivé en 1993.

Condamné pour attentats

De son vrai nom Omar Mahmoud Mohammed Othman, cet homme qui serait né en 1960 à Bethléem possède la nationalité jordanienne, la Cisjordanie étant sous contrôle jordanien au moment de sa naissance.

En 1998, il a été condamné par contumace en Jordanie pour "préparation d’attentats" visant notamment l’école américaine à Amman. Sa peine a été commuée en prison à vie assortie de travaux forcés. En 2000, il a de nouveau été condamné à 15 ans de prison dans une autre affaire de préparation d’attentat. La Jordanie entend aujourd’hui le rejuger.

En Grande-Bretagne, où la justice l’a qualifié de "menace pour la sécurité nationale", Abou Qatada s’est notamment illustré par de virulents prêches anti-occidentaux, anti-américains et anti-juifs. Le juge espagnol Baltasar Garzon l’avait d’ailleurs décrit comme l’"ambassadeur européen de Ben Laden" ou le "chef spirituel d’Al-Qaïda" en Europe.