Calme à Conakry au lendemain de la mort de Lansana Conté

Par APANEWS

APA-Conakry (Guinée) La ville de Conakry, capitale de la Guinée paraissait calme mardi alors que les habitants vaquaient tranquillement à leurs affaires, au lendemain de la disparition du Général Lansana Conté, au pouvoir depuis 24 ans, décédé lundi des suites d'une longue maladie, a constaté APA.

En dépit de l’annonce par un groupe d’officiers, dénommé Conseil National de la Démocratie et du Développement (CNDD), de la dissolution du gouvernement et de la suspension des institutions, aucune manifestation, ni réaction n’avait été enregistrée en fin de journée. Toutefois, le CNDD dont les commun-iqués sont diffusés en boucle à la radio nationale, a invité les généraux et les membres du gouvernement à se rendre au camp Alpha Yaya, dans la banlieue de Conakry, pour que leur sécurité soit assurée. On ignorait en début d’après-midi quels sont les dirigeants et membres du CNDD, dont le seul connu est le capitaine Moussa Dabiss Camara, porte-parole du groupe, qui a donné lecture des communiqués à la radio. A l’approche de Noël, petrsonne ne semblait avoir la tête à la fête dans le quartier résidentiel de Kipé. De même, dans les quartiers habituellement chauds de Bambéto, Cosa, Hamdalaye et Kaporo rails, la situation était normale. Nombre d’employés ne sont pas allés au travail ce mardi, chacun étant resté à la maison, regardant la télé ou suspendu à son transistor pour suivre l’évolution de la situation. Certains marchés n’ont pas ouvert, mais le plus grand marché de la capitale Madina fonctionne même si la plupart des commerces sont restés fermés. Dans les quartiers de la banlieue, à Matam, Matoto, Sangoya, Coléyah, Enta, tout comme au centre-ville de Kaloum, les habitants de la capitale ont ralenti leurs activités avec très peu de personnes dans les rues, selon des témoingnages concordants recueillis au téléphone. La Guinée est économiquement exsangue malgré ses ressources et ses atouts. Le pays possède les 2/3 des réserves mondiales de bauxites, -un minerai servant à produire l’aluminium-, du diamant de qualité, de l’or, de l’uranium et des potentialités agricoles et hydrographiques énormes avec plus de 1300 cours d’eau. L’eau et l’électricité, ainsi que nombre d’infrastructures n’ont pas été réalisées par les deux régimes, ceux de Sékou Touré et de Lansana Conté, qui ont occupé à eux deux seulement 50 années correspondant à la durée de l’indépendance du pays. Sékou Touré, père de l’indépendance guinéenne, avait opté pour un régime socialiste mal maîtrisé, entrainant des effectifs pléthoriques dans les entreprises d’Etat au point de les rendre inefficaces en terme de performances. A la mort du premier président en 1984, arrive aux affaires Lansana Conté qui avait suscité beaucoup d’espoir vite déçus. Dès sa prise du pouvoir Conté opte pour le libéralisme et favorise l’ouverture du pays, permettant à des milliers de Guinéens ayant fui le régime de Sékou Touré de rentrer au bercail. Toutefois, les privatisations d’une centaine d’entreprises d’Etat se sont révélées une occasion de bradage et d’enrichissement pour les nouveaux maîtres de Guinée. Par son choix économique, l’Etat a cessé de faire le commerce, laissant cette activité à des privés qui n’ont jamais été soumis à une quelconque obligation de résultats ou de contrôle, leur laissant le champ libre pour se livrer à des surenchères commerciales au grand préjudice des citoyens. Les mines qui fournissent à l’Etat l’essentiel de ses devises, elles aussi n’ont jamais été au mieux de leur forme. De toutes les entreprises minières réunies, celles exploitant la bauxite, l’or, le diamant etc. , n’ont rapporté en 2007 que quelque 120 millions de dollars américains. Pour nombre d’observateurs, cette situation est due à la mal gouvernance et à la corruption qui affectent le secteur des mines, poussant la représentante Afrique de la Banque mondiale à inviter les autorités à combattre la corruption dans le pays au cours d’un récent point de presse à Conakry, . Selon l’indice de développement humain de 2007, la moitié des Guinéens gagne moins de 1 dollar par jour alors que la planche à billets pratiquée à partir des années 2000 a provoqué une inflation qui s’est aggravée en 2006 à près 42%. Le gouvernant du Premier ministre Lansana Kouyaté avait tenté de mettre un peu d’ordre dans le secteur des mines en procédant à la révision des conventions minières, en vue de générer suffisamment de ressources pouvant permettre l’envol du développement du pays. Très vite, il s’est heurté à des résistances qui ont finalement abouti à son limogeage en mai dernier, retardant davantage le dossier de révision des conventions minières.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici