Fermer

Des responsables du parti présidentiel demandent à Tandja de retirer sa confiance à Seini Oumarou

Par APANEWS

©

Des responsables du Mouvement national pour la société de développement (MNSD, majorité) ont invité le Président Mamadou Tandja à « retirer sa confiance » au Premier ministre Seini Oumarou, au terme d’une grosse polémique qui s’est emparé du parti depuis l’incarcération fin juin 2008 de son président, l’ex-Premier ministre Hama Amadou.

« Nous demandons également à la majorité (parlementaire) d’en tirer les conséquences », a dit Moussa Idé, un des responsables du bureau politique national du MNSD, lisant une déclaration.

Cette déclaration intervient après la montée de la tension d’un cran entre des clans rivaux du même parti, constitués d’une part de ceux qui soutiennent le président intérimaire, Seini Oumarou, et ceux qui font allégeance au Président Hama Amadou.

Une réunion du bureau national convoquée dimanche par l’aile Oumarou a demandé à la présidence intérimaire du parti de convoquer un congrès extraordinaire « au plus tard en mars prochain » pour examiner les problèmes du MNSD, depuis l’emprisonnement de son président, mis en accusation pour la gestion de 100 millions FCFA destinés à la presse privée.

Le MNSD, qui a une cinquantaine de députés sur les 85 de la majorité parlementaire, est présenté comme le plus grand parti du Niger, qui tire son origine de l’ex-part Etat du même nom, crée à l’orée des années 1980, sous le régime militaire du général Ali Saibou.

En novembre 2008, au terme d’une longue crise de leadership, le Premier ministre Oumarou a été désigné au poste de président par intérim du MNSD, alors que le président élu, son prédécesseur Amadou, croupit en prison.

Dans un entretien téléphonique à APA, le secrétaire général du parti, Salah Habi, avait affirmé qu’« il n’y a pas eu de président intérimaire, mais plutôt de délégation de pouvoirs ».

« Les textes du parti ne consacrent pas un tel schéma, il s’agit d’un tandem, une sorte de cogestion, avec un cahier de charges comme feuille de route », a-t-il insisté.

La polémique va prendre une tournure judiciaire, en raison de la plainte déposée par certains responsables du MNSD contre des membres de l’Exécutif du parti, indique-t-on de sources proches de la formation politique dont est issu le Président Tandja.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici