Fermer

Thabo Mbeki désigné pour une médiation entre la Cour pénale et le Soudan

Par APANEWS

©

L’Union Africaine (UA) a nommé l’ancien président sud-africain Thabo Mbeki pour « intercéder auprès de la Cour Internationale de Justice (CIJ) et le gouvernement soudanais », a déclaré le ministre sud africain des Affaires étrangères, Nkosazana Dlamini-Zuma.

L’UA avait annoncé récemment qu’elle enverrait une délégation à l’ONU pour essayer d’annuler le mandat de la CIJ contre le président soudanais Omar El-Béchir.

Mbeki devrait également faire partie de cette délégation, a-t-elle déclaré. Après une rencontre d’urgence du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’UA qui s’est tenue récemment en Ethiopie, l’ambassadeur du Burkina Faso dont le pays assure ce mois ci la présidence du CPS, Bruno Zidouemba, a déclaré que l’UA avait « décidé de poursuivre les initiatives avec la communauté internationale, notamment le Conseil de Sécurité de l’ONU, pour mettre fin au procès afin de donner une chance à la paix au Soudan ».

Au cours de cette rencontre, l’ambassadeur soudanais auprés de l’UA, Mohieldin Ahmed Salim, avait lancé un appel aux pays membres de l’organisation continentale de se retirer en bloc de la CIJ en protestation contre le mandat d’arrêt lancé contre le président soudanais.

Nkosazana Dlamini-Zuma avait déclaré lors d’un point de presse que la décision de la CIJ de délivrer un mandat d’arrêt conte Béchir était « regrettable » et que l’Afrique du Sud s’alignerait à la réponse initiale de l’UA selon laquelle la décision de la CIJ aurait un effet négatif sur le processus de paix au Soudan.

« L’Afrique du Sud n’a jamais approuvé un quelconque acte d’impunité. Toutefois, l’Afrique du Sud a appuyé la décision de l’UA de reporter la délivrance du mandat d’arrêt contre le Président Béchir d’un an pour donner une chance au processus de paix », a déclaré Dlamini-Zuma.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici