Fermer

Un séminaire-atelier ouvert en vue de booster la production de la filière maïs

Par XINHUA

©

Un séminaire-atelier sur l’amélioration de la compétitivité et le développement de l’investissement dans la filière maïs au Cameroun s’est ouvert à Yaoundé. Il s’agit, d’après le Comité de Compétitivité du ministère de l’Economie, organisateur du séminaire, de mettre l’accent sur la formulation des conditions permettant d’accroître la contribution de la filière maïs à la croissance économique et à l’emploi au Cameroun.

Les opérateurs privés de la filière maïs, les administrations et organismes publics concernés et les partenaires au développement vont examiner des obstacles et contraintes à la compétitivité de la filière maïs et des solutions pour augmenter la production du maïs qui est la première céréale consommée au Cameron.

Parmi les obstacles déjà identifiés, on peut citer : l’insuffisante organisation des acteurs du secteur, la précarité des infrastructures, l’absence des financements adaptés au secteur ou le détournement des fonds alloués pour les paysans.

Une récente enquête de l’Association citoyenne de défense des intérêts des consommateurs ACDIC a évoqué un détournement de plus d’un milliard de Fcfa du programme national d’appui à la filière maïs.

Cette enquête se trouve actuellement entre les mains de la Commission nationale anticorruption (CONAC) pour vérification. Le maïs contribue pour plus de 150 milliards de Fcfa au produit intérieur brut au Cameroun, et a créé plus d’un million d’emplois.

Dans les petites exploitations, environ 80% de producteurs sont des femmes. La production du maïs a été évaluée à 1,2 million de tonnes en 2007 et selon le Comité de compétitivité, l’essor des agro-industries et la demande sans cesse des pays voisins, ont contribué à accentuer le fossé entre l’offre et la demande (estimée à 1,26 million de tonnes toujours en 2007).

Le Cameroun importe annuellement entre 20 000 et 60 000 tonnes de maïs et si rien n’est fait, selon le Comité de compétitivité ,d’ici à 2012 pour lever les obstacles ci-dessus évoqués, le déficit probable de maïs se situerait à environ 330. 000 tonnes.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici