Fermer

Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Niger : l'effet Issoufou»

Consulter le sommaire

Niger : la démocratie, un rempart contre les fanatismes

par Mahamadou Abou Tarka

Colonel Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la consolidation de la paix. © DR

Président de la Haute Autorité à la consolidation de la paix

Le coup d’État au Mali montre la fragilité des institutions démocratiques dans nos pays. C’est une constante dans l’Histoire : les guerres et les rébellions ramènent sur le devant de la scène des acteurs qui, pour gérer les problèmes de la cité, préfèrent la violence au débat politique. Présentant nombre de similitudes avec le Mali et craignant les pires conséquences de la guerre en Libye, le Niger a donc engagé deux types d’actions complémentaires.

Il fallait d’abord empêcher les groupes armés fuyant la Libye de créer une base. En s’installant, ils auraient pu acquérir un avantage tactique décisif et devenir difficiles à déloger. Cet objectif a été atteint par la mise en place de patrouilles fréquentes dans le désert. Composées de petites unités très mobiles capables de fixer l’ennemi le temps de recevoir du renfort, secondées par l’observation aérienne et le renseignement humain, elles ont obligé les bandes armées déjà éprouvées par des combats meurtriers en Libye à chercher refuge hors du territoire.

Très tôt également, avec la redynamisation de la Haute Autorité à la consolidation de la paix, structure chargée de maintenir le contact avec les ex-combattants, l’État a engagé le dialogue avec les communautés du nord et de l’est du pays susceptibles d’être influencées par la situation. Ce dialogue a été relayé par les conseils régionaux et municipaux, composés en grande partie d’ex-rebelles reconvertis dans l’action politique.

Ces deux actions n’auraient pas été possibles sans certaines conditions historiques et politiques. L’armée nigérienne a toujours conduit ses opérations de police dans le Nord avec professionnalisme, ce qui lui a valu le soutien de la population. Il n’y a donc pas eu de départs massifs entraînant la création d’une génération de réfugiés susceptible de constituer une bombe à retardement, comme on l’a vu au Mali avec la génération du colonel Najim.

Par ailleurs, grâce aux différents accords auxquels le gouvernement nigérien a souscrit en 1995 et 1998, les ex-combattants intégrés dans les forces de défense et de sécurité l’ont été dans toutes les unités, sur l’ensemble du territoire, avec le même régime que leurs collègues. Il n’a jamais été question de stationner des troupes essentiellement composées d’ex-rebelles dans certaines zones, comme cela semble avoir été le cas au Mali.

La situation même du peuplement touareg au Niger ne rend pas crédible la revendication identitaire : il y a des Touaregs dans chacune des huit régions, 70 % à 80 % d’entre eux vivant dans la bande centrale du pays (et non dans le Nord), qu’ils partagent avec les autres groupes ethniques.

Enfin, dans le long combat politique pour la démocratie, les intellectuels touaregs engagés ont toujours perçu la rébellion comme susceptible de les maintenir dans le rôle étriqué de représentants d’une ethnie plutôt que dans celui de leaders de dimension nationale auquel ils étaient naturellement en droit d’aspirer.Notre cheminement démocratique a été difficile, mais, à y regarder de près, c’est cette difficulté même qui fait la solidité de la démocratie nigérienne. Depuis 1990, l’essentiel du combat pour la démocratie a été mené par une génération d’hommes venant de la gauche de l’échiquier et ayant derrière eux les expériences des luttes estudiantines puis syndicales. Ils ont poursuivi ce combat sans relâche. L’idéal démocratique s’est ainsi imposé au reste de la société et les représentants de l’ex-parti unique s’en sont accommodés, jusqu’à l’expérience malheureuse du Tazartché.

L’histoire des coups d’État au Niger, en lien avec l’actualité politique et visant le rétablissement de l’ordre républicain, montre que l’idéal démocratique a fini par pénétrer les secteurs traditionnellement autoritaristes des forces armées. La courte aventure d’Ibrahim Baré Maïnassara montre qu’aucun pouvoir militaire ne peut survivre s’il ne correspond à une réelle demande politique de régulation. Le contraste est net avec le putsch militaire au Mali, qui est survenu à contre-courant et à quelques semaines des élections générales.

Dans ce Niger démocratique, il n’y a pas de place pour la violence. La démocratie est un rempart contre les fanatismes, et donc un excellent outil de résolution pacifique des conflits. Nul ne peut totalement exclure la contagion, surtout si le Mali ne parvient pas à remettre sa maison en ordre, mais nous faisons le pari de disposer des atouts supplémentaires pour gérer au mieux et éteindre sans trop de dégâts toute éventuelle poussée de revendications identitaires. 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici