Fermer

Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Histoire : l'avant-garde nègre»

Consulter le sommaire

L’avant-garde nègre – XVIIe siècle : Juan de Pareja

Philippe IV découvre l'une des toiles de Juan de Pareja et ordonne à Vélasquez de l'affranchir. © D.R

 Aux XVIIe siècle, Juan de Pareja était un disciple du peintre espagnol Vélasquez.

En 1971, le Metropolitan Museum of Art de New York a déboursé 5,5 millions de dollars (un record pour l’époque) pour le portrait que Vélasquez fit de Juan de Pareja en 1648. Une toile qu’il réalisa lors d’un séjour à Rome pour s’entraîner avant de brosser le portrait du pape Innocent X. Juan de Pareja était alors son esclave, l’homme à tout faire qui préparait ses toiles et ses couleurs. Né à Séville d’une mère d’origine africaine, Juan de Pareja a peint en cachette des années durant alors que son statut le lui interdisait.

Le roi d’Espagne Philippe IV, qui avait l’habitude de rendre visite à Vélasquez à qui il commandait régulièrement des tableaux, découvre par hasard l’une des toiles de Juan de Pareja. Devant autant de talent, le monarque ordonne à Vélasquez d’affranchir le métis. Le peintre obéit et fait de l’ancien esclave l’un de ses disciples, lequel lui restera fidèle jusqu’à la mort. 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici