Fermer

Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Histoire : l'avant-garde nègre»

Consulter le sommaire

L’avant-garde nègre – XVIIIe siècle : Abraham Hanibal Pétrovitch

Portrait présumé d'Abraham Hanibal Pétrovitch, général en chef de l'armée impériale russe. © G.Pinkhassov

Au XVIIIe siècle, Abraham Hanibal Pétrovitch(1696-1781) fut l'africain le plus puissant et le plus fortuné de l'Europe des Lumières.

Il a été le secrétaire particulier de son parrain le tsar Pierre le Grand, son confident chargé des missions secrètes, avant de devenir le troisième personnage de l’Empire russe ! L’Africain le plus puissant et le plus fortuné de l’Europe des Lumières, qui prit pour nom Abraham Hanibal – baptisé Pétrovitch en 1705 – est né à Logone, sur les bords du fleuve éponyme, aux confins du Tchad et du Cameroun actuels.

Arraché aux siens et à sa terre par des marchands d’esclaves ottomans alors qu’il n’a que 7 ans, celui qui, suppose-t-on, se prénomme alors Brouha, est conduit à la cour de Pierre Ier. Ce dernier entend réfuter les thèses racistes en prouvant que l’intelligence dépend de l’éducation, et non de la couleur de la peau. Il élève en ce sens le petit Africain, qu’il considère comme son fils. Abraham se fait rapidement remarquer par sa finesse d’esprit. Rattaché au service personnel du tsar, il l’accompagne sur les champs de bataille et bénéficie ainsi d’une formation militaire.

Envoyé ensuite à Paris pour ses études, ce fort en mathématiques s’engage dans l’armée française, qu’il quitte avec le grade de capitaine et un diplôme d’ingénieur. À son retour en Russie, à tout juste 28 ans, il est l’une des personnes les plus qualifiées de l’empire. Il est nommé dans le régiment le plus prestigieux, la compagnie des bombardiers, chargé de la formation de l’élite militaire. Mais à la mort de Pierre le Grand, en 1725, le jeune Africain n’échappera pas aux luttes intestines lors de la succession au trône. Après une période d’exil et de disgrâce, il reçoit de l’impératrice Élisabeth des terres dans la région de Reval, dont il devient le gouverneur. Il régnera alors sur plus de six cents familles de serfs. Humaniste, il interdira que leur soient infligés des châtiments corporels, et créera un hôpital pour les ouvriers et une école pour leurs enfants.

En 1755, il est promu général-lieutenant. Le couronnement de toute une vie dédiée à la construction d’une Russie moderne. Une Russie qu’incarnera le génie littéraire Alexandre Pouchkine, son arrière-petit-fils, qui en 1827 entamera la rédaction du premier roman historique russe, Le Nègre de Pierre le Grand… 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici