Fermer

France : François Hollande et la Francophonie

Abou Diouf, secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie. © Vincent Fournier/JA

«François Hollande a compris que l'Organisation internationale de la francophonie [OIF] était un cadre intéressant pour faire avancer la démocratie en Afrique, sans trop mettre la France en avant », confiait, au lendemain du 6 mai, un diplomate qui le connaît bien.

Avant la primaire du PS français, en octobre 2011, Abdou Diouf, le secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie, s’était entretenu avec deux des six candidats socialistes : Ségolène Royal et François Hollande. La rencontre Diouf-Hollande, qui dura une heure, eut lieu en juillet et porta essentiellement sur le rôle politique de la Francophonie. À l’époque, la présidentielle en RD Congo n’avait pas encore eu lieu. Les deux hommes n’avaient donc pas évoqué la délicate question du sommet de l’OIF, prévu en octobre à Kinshasa. On ne sait d’ailleurs toujours pas ce que Hollande décidera : y aller ou pas ?

Entre Abdou Diouf et Laurent Fabius, le courant passe également fort bien : les deux hommes se connaissent depuis trente ans et se tutoient. En revanche, le secrétaire général de l’OIF n’a jamais rencontré la réalisatrice Yamina Benguigui, nouvelle ministre déléguée chargée des Français de l’étranger et de la Francophonie.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici