Fermer

Salaire des chefs – Afrique de l’Ouest : fortunes diverses

Entre fantasmes et réalité, enquête sur les salaires et les avantages des ministres... et de quelques présidents. Acte deux, l'Afrique de l'Ouest.

« Je gagne presque autant aujourd’hui comme professeur d’université que lorsque j’étais ministre de la Justice », se souvient un ex-membre d’un gouvernement ouest-africain. À l’exception de la Côte d’Ivoire, où les ors de la République sont plus clinquants qu’ailleurs, un ministre ouest-africain gagne péniblement 1 million de F CFA par mois (1 500 euros), rarement plus. C’est évidemment beaucoup dans une région ou plus de la moitié de la population vit avec moins de 1 dollar par jour. Mais c’est finalement assez peu au regard des salaires pratiqués dans certaines grosses entreprises. Et rien en comparaison des revenus des interlocuteurs expatriés envoyés par les organisations internationales ou les grandes puissances amies… « C’est un vrai problème, car un ministre doit pouvoir "assurer" lorsqu’il invite, reçoit ou voyage », explique l’un d’entre eux.

Cherchez l’erreur !

SLes nécessaires équilibres politiques et régionaux ne suffisent pas à expliquer les gouvernements pléthoriques en Côte d’Ivoire. Il y a sans doute une autre raison : la « prime d’installation » au montant vertigineux. Lors de sa prise de fonctions, chaque ministre reçoit environ 43 000 euros. En plus du salaire et des avantages classiques… Un record !.

C’est un fait, mais il y a les bonus souvent peu avouables. « Les per diem lors des déplacements, les présidences rémunérées de commissions ad hoc dont les travaux ne sont guère perceptibles et les "com" sur les contrats publics presque systématiques constituent un confortable complément de salaire », avoue notre Premier ministre.

 

Quelques avantages…

Sénégal : Maison et véhicule de fonction, prise en charge des frais téléphoniques et des voyages en avion.

Côte d’Ivoire : Prime d’installation (6 fois le montant du salaire mensuel), indemnités de représentation, voiture avec chauffeur.

Mali : Prise en charge à hauteur de 450 000 F CFA par mois des frais d’eau, d’électricité et de téléphone si le ministre ne dispose pas d’une résidence, véhicule de fonction, 300 litres d’essence par mois, per diem de 100 000 F CFA pour un voyage à l’étranger.

Guinée : Voiture de fonction, logement ou prime de logement, indemnités pour le carburant, 2 sacs de riz au moment de la fête de l’Aïd.

Burkina : Voiture de fonction avec chauffeur, indemnité compensatoire pour pallier la perte de revenu par rapport au métier d’origine (350 000 F CFA).

Niger : 300 000 F CFA d’indemnités mensuelles, voiture de fonction avec chauffeur, secrétaire particulier et chef de cabinet.

Bénin : Prime « d’équipement » de 5 millions de F CFA, voiture avec chauffeur, prise en charge de trois personnes au cabinet, dotation illimitée de carburant.

.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici