Fermer

RDC : guerre des chefs dans l’opposition

Vital Kamerhe, dans les locaux de Jeune Afrique, le 8 octobre 2011. © Vincent Fournier/J.A.

Vital Kamerhe et Samy Badibanga, deux acteurs influents de la scène politique congolaise, se disputent le poste de porte-parole de l'opposition.

Qui de Vital Kamerhe, le leader de l’Union pour la nation congolaise arrivé troisième à la présidentielle de novembre 2011, ou de Samy Badibanga, proche conseiller d’Étienne Tshisekedi, le vieux chef de l’Union pour la démocratie et le progrès social, sera élu ce mois-ci porte-parole de l’opposition (poste prévu par la Constitution de la RD Congo) ? Le premier mise sur son passé de président de l’Assemblée nationale, puisque ce sont les députés et les sénateurs qui votent. Le calcul du second est arithmétique : avec une bonne cinquantaine de sièges à l’Assemblée, son parti dispose du plus important groupe parlementaire de l’opposition. Autre atout pour Badibanga : depuis sa cellule de la Cour pénale internationale, à La Haye, Jean-Pierre Bemba, l’autre « boss » de l’opposition, fait campagne contre Kamerhe, dont il redoute la concurrence lors de la présidentielle de 2016.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici