Fermer

Malawi : Joyce Banda, la femme qui détonne

Jets, limousines... Joyce Banda, présidente du Malawi, vend tout. © SIPA

La présidente du Malawi change tout dans son pays et sème le trouble à l'Union africaine.

C’est à bord d’un avion de ligne de British Airways que Joyce Banda est venue à Londres, le 5 juin, assister au jubilé d’Élisabeth II. Et pour cause : la nouvelle dirigeante du Malawi venait d’annoncer la vente imminente du jet présidentiel ainsi que de soixante limousines appartenant au gouvernement. « J’ai l’habitude de faire du stop ! » a-t-elle plaisanté. Cette annonce est encore un exemple de sa rupture avec les pratiques de Bingu wa Mutharika – son prédécesseur, décédé le 6 avril – destinée à donner des gages aux bailleurs de fonds.

Alors qu’elle devait être l’hôte du prochain sommet de l’Union africaine, prévu à Lilongwe du 9 au 16 juillet, Joyce Banda, 62 ans, a également fait savoir que son homologue soudanais, Omar el-Béchir, poursuivi par la Cour pénale internationale, serait arrêté s’il se présentait au Malawi. Campant sur sa position face à ses pairs, elle a même préféré renoncer à accueillir la grand-messe panafricaine.

Nécessité. Depuis son arrivée au pouvoir, l’ancienne vice-présidente a décidé de réhabiliter l’ancien drapeau national, frappé d’un soleil levant – Mutharika avait jugé le pays suffisamment développé pour mériter un soleil au zénith. Elle a aussi annoncé la légalisation de l’homosexualité et a accepté de dévaluer le kwacha malawite. Ses décisions sont guidées par la nécessité de renouer avec les bailleurs de fonds, qui fournissaient plus de 40 % des recettes de l’État il y a peu. Mutharika avait rompu sans ménagement avec eux. Mais la dégradation de l’économie faisait craindre un effondrement à la zimbabwéenne. Un risque qui s’est éloigné avec Joyce Banda : la Grande-Bretagne a promis une aide de 40 millions d’euros, et le Fonds monétaire international un prêt de 125 millions d’euros sur trois ans

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici