États-Unis : Jeffrey Feltman, celui qui comprenait l’Orient

Jeffrey Feltman est un fin connaisseur du monde arabe. © Reuters

Arabophone et diplomate de carrière, Jeffrey Feltman a été nommé en 2009 au poste stratégique de sous-secrétaire d’État américain chargé des affaires du Proche-Orient, qui inclut l’Afrique du Nord. Ce familier du monde arabe et de ses soubresauts était consul à Jérusalem pendant la seconde Intifada en 2002, représentant américain au Kurdistan irakien en 2004 et ambassadeur au Liban en 2005 lorsque les troupes syriennes, sous la pression de la rue, des États-Unis et de la France, ont dû évacuer le pays. Les révolutions de 2011 ont éprouvé son sens politique, et Washington a su soutenir les mouvements démocratiques plus promptement et plus clairement que Paris. « Ces changements ont redéfini notre approche de la région, et il n’y aura pas de retour en arrière », a-t-il déclaré le 10 mai dernier. Il devrait être prochainement nommé à un poste éminent au sein de l’Organisation des Nations unies.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici