États-Unis – Afrique : de l’énergie à revendre

La centrale thermique d'Azito, en Côte d'Ivoire. © AFP

Du Cameroun à la Côte d'Ivoire, les projets de centrale ne manquent pas. Ce qui témoigne de la vitalité du secteur.

« AES go home ! » Débarquée au Cameroun en 2001 pour reprendre la Société nationale d’électricité (Sonel), tout juste privatisée, la compagnie énergétique américaine était encore loin de faire l’unanimité un an plus tard, comme le montrait cette inscription lue à l’époque sur les murs de Douala.

Aujourd’hui, le contexte semble s’être assagi. Oubliés les débuts difficiles marqués par des délestages récurrents et des augmentations du prix du kilowattheure, AES Corporation a su inverser la tendance en lançant les investissements nécessaires pour réhabiliter des installations existantes (qui en avaient bien besoin) et s’installer durablement dans le paysage énergétique camerounais en répondant au mieux à la demande du marché.

Le continent ne représente que 3% des capacitées gérées par AES, mais il devrait vite progresser.

Au point de faire du Cameroun la vitrine de son savoir-faire en Afrique, pour partir à la conquête de nouveaux marchés sur l’ensemble du continent. Celui-ci ne représente encore que 3 % des capacités gérées dans le monde par la compagnie installée en Virginie, mais sa part devrait vite progresser, dans la foulée de la future centrale thermique de 216 MW qui doit démarrer cette année, toujours au Cameroun. Créé en 2005, ContourGlobal a fait de l’Afrique sa « zone de développement privilégiée » dès l’origine, selon Daniel Miossec, directeur de projets, à commencer par celui de la centrale de 100 MW mise en service en 2010 au Togo.

Tropisme

Depuis, le développeur et exploitant américain a confirmé son « tropisme africain » en signant l’an passé avec le Rwanda le projet KivuWatt. Récompensé en février dernier par le prix de l’accord énergétique de l’année 2011 en Afrique (décerné par Euromoney), il porte sur la réalisation d’une usine d’extraction et de production de gaz méthane et d’une centrale électrique de 25 MW attendue pour début 2013 et dont la capacité devrait ensuite quadrupler. ContourGlobal est également présent au Nigeria et souhaite continuer à diversifier son portefeuille sur le continent. La compagnie serait notamment en pole position pour la construction d’une centrale de 330 MW en Côte d’Ivoire