Fermer

Rwanda : au pays du DVD roi

Une multitude de films locaux à petit budget sont distribués dans la rue. Un modèle économique rudimentaire... mais profitable.

Deux formes de cinéma cohabitent au Rwanda. Le premier, né dans le sillage des quelques grosses productions tournées sur place, est celui de cinéastes reconnus qui tentent de faire exister une production capable de s’exporter dans les festivals internationaux. Le second, c’est celui des petits films, faits par et pour des Rwandais, qui se vendent dans la rue et sont diffusés exclusivement en DVD. Et le plus lucratif des deux n’est pas forcément celui que l’on croit.

Certes, les vendeurs ne sont pas toujours faciles à trouver, en dépit de leurs habits aux couleurs de la société qui les emploie : ils sillonnent les rues des villes, sans boutique fixe. Mais leur marchandise, des DVD de films produits localement et en kinyarwanda, s’écoule à vitesse grand V. Leurs patrons sont des distributeurs locaux, qui achètent ces films pour les revendre le plus rapidement possible, avant que les copies sauvages et leur circulation de main en main ne les rendent obsolètes.

 Des petites productions profitables

Le modèle économique peut paraître rudimentaire, mais, dans un pays qui ne dispose que d’une chaîne de télévision nationale, il rencontre son public. C’est notamment le cas dans les campagnes, où la magie de l’image animée n’est pas encore dissipée, où peu comprennent les langues étrangères et où les préoccupations sont bien éloignées de celles de Hollywood.

Ces petites productions, qui permettent à une poignée d’acteurs et de techniciens de vivre, se révèlent souvent très rentables. « Ces films sont tournés en une ou deux semaines, avec un budget qui oscille autour de 2,5 millions de francs rwandais [3 240 euros, NDLR], explique Pierre Kayitana, ex-directeur du Rwanda Film Festival. Généralement, les DVD sont vendus 1 000 francs. » Il arrive que des films dépassent les 10 000 ventes, « mais rien qu’en en vendant 6 000 copies, l’activité est déjà profitable », poursuit-il. Lui-même compte monter une entreprise pour distribuer, dans un cadre légal, les grands films étrangers. Ses tarifs devraient être très différents, mais le support principal sera le même : le DVD est encore roi pour longtemps au Rwanda.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici