Fermer

Sommet de l’Union africaine : bis repetita ?

Le Gabonais Jean Ping et la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma restent en lice. © Vincent Fournier pour J.A.

L'hypothèse d'une nouvelle prolongation de six mois du mandat Gabonais Jean Ping à la tête de la Commission de l'Union africaine lors du sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba, les 15 et 16 juillet, semble se profiler.

À Addis-Abeba, les 15 et 16 juillet, les chefs d’État se réuniront de nouveau pour élire le président de la Commission de l’Union africaine. Depuis l’échec du précédent sommet, en janvier, les positions n’ont guère évolué, en dépit des tentatives de conciliation entreprises sous l’égide du président béninois Thomas Boni Yayi. Le Gabonais Jean Ping, élu en 2008 et candidat à sa propre succession, et la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma restent en lice, mais on voit mal comment ils pourraient être départagés. Le scénario le plus probable est donc une nouvelle prolongation de six mois du mandat de Ping – jusqu’au sommet de janvier 2013. Tous les soutiens de l’ancien ministre des Affaires étrangères d’Omar Bongo Ondimba doutent que Jacob Zuma accepte de retirer la candidature de son ex-épouse avant le congrès de l’ANC, en décembre, au cours duquel il briguera un deuxième mandat à la tête du parti, et donc du pays.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici