Fermer

Mali : Sanogo devrait se méfier

L'ex-pustschiste, le capitaine Amadou Haya Sanogo en avril. © AFP

La Cedeao menace de sanctionner tous ceux qui entraveraient la transition démocratique au Mali. Dans le collimateur de l'organisationn ouest-africaine : les leader des militaires putschistes, Amadou Haya Sanogo.

Au Mali, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) paraît décidée à faire preuve de fermeté. « Des sanctions seront décidées contre tous ceux qui entraveront le bon déroulement de la transition », explique un conseiller de l’organisation, qui évoque des gels d’avoirs et des interdictions de voyager. Des personnalités pourraient ainsi se retrouver sur cette liste, qui sera ensuite soumise à l’Union africaine. Cela suffira-t-il à convaincre le capitaine Sanogo de ne plus s’immiscer dans la vie politique malienne ? « Sanogo limite au minimum ses déplacements et craint pour sa sécurité, explique notre conseiller. Il a très bonne mémoire. Il se souvient parfaitement de ce qui est arrivé au capitaine Moussa Dadis Camara en Guinée »…

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici