Fermer

Médias : un pétrolier à la tête de « Forbes Afrique »

La une du premier numéro de Forbes Afrique. © D.R.

Le magazine américain Forbes a lancé sa franchise afro-francophone "Forbes Afrique", le 24 juillet à Brazzaville.

Christine Ockrent en maîtresse de cérémonie, quatre chefs d’État (Sassou Nguesso, Bongo Ondimba, Obiang Nguema, Bozizé) et trois anciens Premiers ministres européens (Villepin, Raffarin, Verhofstadt) en guest stars : le trader pétrolier congolais (RDC) Lucien Ebata, patron d’Orion Group (qui donne aussi dans la location d’avions et de véhicules VIP, ainsi que dans les maisons préfabriquées et le trading de carbone), n’a pas lésiné sur les moyens pour le lancement, le 24 juillet à Brazzaville, de Forbes Afrique, la franchise afro-francophone du magazine américain Forbes. Ebata, qui a recruté pour cette cérémonie les agences Euro RSCG et Voodoo, et reçu l’appui matériel des autorités congolaises, est le second détenteur sur le continent de la licence Forbes.

Depuis un an, il existe en effet un Forbes Africa destiné au marché anglophone. Il est la propriété d’un autre homme d’affaires, le Pakistanais Zafar Siddiqi. Première bénéficiaire de ces deals : la famille Forbes, dont le groupe a connu en 2011 de sérieuses difficultés financières. Bimestriel à partir du 1er août, Forbes Afrique se consacrera, comme son modèle américain, aux grandes fortunes et aux réussites économiques individuelles. Il sera imprimé en France et confectionné par un réseau de pigistes coordonné à partir de Douala et de New York. Le directeur de la rédaction, l’Américain Paul Trustfull, est un spécialiste des publireportages « africains » chez Forbes Custom, la branche promotion du groupe, et l’éditeur d’un périodique saisonnier, Global Vision. Il est assisté de Michel Lobé Ewané, ancien directeur du quotidien camerounais Mutations.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici