Fermer

Rio Tinto plus « risqueur »

L’australien Rio Tinto est plus offensif que son « frère ennemi » BHP Billiton. Malgré des négociations difficiles en Guinée, il poursuit le développement du gigantesque gisement de fer du Simandou, après un paiement de 570 millions d’euros pour sécuriser ses droits. En RD Congo, en dépit de l’instabilité politique, il explore le fer dans l’Est. Et il n’est pas rebuté par la réglementation changeante du Zimbabwe, où il exploite du diamant, ni par la transition malgache, où il extrait de l’ilménite. 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici