Fermer

Gabon : les « durs » convoitent la primature

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba. © Desirey Minkoh/Afrik Images pour Jeune Afrique

Des caciques du parti au pouvoir pressent le président gabonais Ali Bongo Ondimba pour remplacer l'actuel Premier ministre Raymond Ndong Sima.

Le retour au Gabon, le 11 août, d’André Mba Obame fragiliserait-il le Premier ministre, Raymond Ndong Sima – qui semble par ailleurs avoir du mal à s’imposer ? L’opposant ayant, le 15 août, organisé une manifestation qui a dégénéré en violences, des caciques du parti au pouvoir pressent le président de nommer à la primature un « sécurocrate » (Ndong Sima, lui, est un économiste). Parmi eux, René Ndémezo’o Obiang, l’ancien ministre des Sports. Fang et rival de Ndong Sima dans la province du Woleu-Ntem, c’est un partisan de la manière forte qui ne ménage pas ses efforts pour se poser en recours. Le 18 août, il a été reçu à la résidence privée du chef de l’État.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici