Fermer

Algérie : haro sur l’informel

Par Jeune Afrique

À la veille de la rentrée politique, le gouvernement a lancé une opération de démantèlement des espaces commerciaux illicites.

Lancé à la veille de la rentrée politique, le démantèlement des espaces commerciaux illicites n’est pas sans risque pour la stabilité du pays. L’économie informelle algérienne est en effet tenue par des « barons » dont la majorité sont d’anciens chefs djihadistes graciés en 2006. Des émeutes plus ou moins « spontanées » ne sont donc pas à exclure.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro