Fermer

Algérie : haro sur l’informel

À la veille de la rentrée politique, le gouvernement a lancé une opération de démantèlement des espaces commerciaux illicites.

Lancé à la veille de la rentrée politique, le démantèlement des espaces commerciaux illicites n’est pas sans risque pour la stabilité du pays. L’économie informelle algérienne est en effet tenue par des « barons » dont la majorité sont d’anciens chefs djihadistes graciés en 2006. Des émeutes plus ou moins « spontanées » ne sont donc pas à exclure.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici