Fermer

Bloc-note de rentrée

par

François Soudan est directeur de la rédaction de Jeune Afrique.

Mardi 4 septembre : rendez-vous à l’Élysée avec un conseiller du président. Surtout, s’abstenir de donner son nom, sous peine d’être immédiatement démenti. Les consignes sont strictes au Château : ne pas recevoir de journaliste sans témoin, ne jamais accepter d’être cité. Ou alors, jurer à l’avance que l’entretien n’a jamais eu lieu. Moyennant cette piteuse promesse de ma part, notre interlocuteur se lâche : « On communique mal, on se tire dans les pattes, Montebourg ne supporte pas Moscovici, Cahuzac et Filippetti se connaissent trop pour ne pas se haïr, Fabius veut se débarrasser de Benguigui, Duflot a des états d’âme, Ayrault est tout sauf un patron, et le chef ne tranche ni les têtes ni les problèmes. Si Fillon prend l’UMP, on est morts en 2017 ! » Qui a dit que le « Hollande bashing » n’était qu’une mine stérile pour hebdos en mal de ventes ? Apparemment, c’est aussi une variante du masochisme.

Mercredi 5 septembre : pow-wow rédactionnel autour de la politique africaine de la France. Donc, trente ans jour pour jour après François Mitterrand, François Hollande se rendra lui aussi à Kinshasa, le temps d’un sommet. En octobre 1982, ils étaient dix-sept chefs d’État autour de Tonton et de son hôte, Mobutu. Seuls deux d’entre eux sont toujours aux affaires : Denis Sassou Nguesso le Congolais et Teodoro Obiang Nguema l’Équato-Guinéen. Combien seront-ils en octobre 2012 pour la Francophonie ? En attendant que le président normal délivre enfin son message africain, on navigue à vue sur une mer d’amateurisme. Que penser d’une Yamina Benguigui qui affirme (à J.A.) que les résultats des élections congolaises de 2011 ont été « validés par la communauté internationale », alors que la France de Sarkozy, l’Amérique d’Obama et l’Union européenne se sont contentées d’en « prendre acte » (en même temps que leurs distances) ? Ou d’un Jean-Christophe Cambadélis, favori pour la succession de Martine Aubry, qui tire à boulets rouges sur la néo-Françafrique en oubliant qu’il apporta son soutien à Laurent Gbagbo en pleine campagne électorale ? François, réveille-toi, ils ne savent plus ce qu’ils disent…

Jeudi 6 septembre : vues, les images d’Abdallah Senoussi, descendu d’un hélicoptère sur le tarmac de sa prison tripolitaine, avec une barbe qui rappelle celle de Saddam Hussein sorti de son trou à rats. Reste à débusquer Béchir Salah, que l’on dit caché quelque part entre Niamey et Pointe-Noire, et Moussa Koussa, terré dans une villa de Doha, pour que les principaux affidés de Kadhafi répondent enfin de leur passé devant le peuple libyen.

Vendredi 7 septembre : dans la plupart des pays du continent où J.A. est distribué, cette semaine aura été celle de la rentrée scolaire. « Pas d’élites, pas de problèmes », disaient les colons. Au spectacle de ce champ de ruines qu’est trop souvent l’éducation sur le continent, on se demande si ceux qui leur ont succédé ne partagent pas ce sentiment. Pas d’élites, pas de démocratie non plus. Excellent thème de dissertation pour l’élève Hollande au grand oral de Kinshasa.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici