Fermer

Nations unies : quand l’Australie drague l’Afrique

Julia Gillard, la Première ministre australienne, le 26 septembre au siège de l'ONU. © Reuters

L'Autralie, qui brigue un siège de membre non permanent au Conseil de sécurité des Nations unies en 2013-2014, intensifie son lobbying auprès des pays africains susceptibles de faire basculer le vote.

Julia Gillard, la Première ministre australienne, dont le pays brigue un siège de membre non permanent au Conseil de sécurité des Nations unies en 2013-2014, a profité de son séjour à New York à l’occasion de l’Assemblée générale pour multiplier les rencontres avec les représentants des pays africains susceptibles de faire la différence à l’heure du vote, le 18 octobre. Elle s’est entretenue avec les partenaires traditionnels de l’Australie (Afrique du Sud, Égypte, Liberia, Malawi), mais aussi avec quelques francophones : Mali, Mauritanie et Niger.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro