Fermer

Maroc – Richard Foh : « Pas de véritables échanges »

Richard Foh vit au Maroc depuis plus de vingt ans. © J.A

Richard Foh, Camerounais de 42 ans, vit dans le royaume depuis plus de vingt ans. Pour lui, les barrières ne sont pas toutes tombées.

Jeune Afrique : Comment vivent les Subsahariens entre eux ?

Richard Foh : Lorsqu’ils sortent le soir, tout se passe comme s’il n’y avait plus de barrières entre les gens. Mais dans la vraie vie, les chefs d’entreprise, les étudiants et les sans-papiers ne vivent pas ensemble. Il n’y a pas de véritables échanges. Bien qu’il existe des patrons militants, je n’en connais pas un seul qui fréquente assidûment des sans-papiers.

Il n’y a donc pas de solidarité…

L’Association camerounaise des hommes d’affaires – dont je fais partie – est régulièrement sollicitée. Nous avons d’abord répondu positivement avant de nous rendre compte que ce n’était pas la bonne solution, car les aides ne parvenaient jamais à leurs destinataires. En fait, les solidarités sont généralement intracommunautaires. Là où le bât blesse, c’est que ces aides sont plutôt d’ordre social et à court terme : intervenir pour une admission à l’hôpital, organiser le rapatriement d’une dépouille… Il me semble que des actions sur le long terme seraient plus pertinentes.

Quelle perception les Marocains ont-ils des Subsahariens ?

Tout dépend s’il s’agit de Marocains éduqués ou non. Pour l’homme de la rue, immigré rime avec clandestinité et mendicité. Un ami m’a raconté que parfois, lorsqu’il se dirige vers un Marocain pour demander un renseignement, la première réponse qui fuse est : « Je n’ai rien à vous donner. » C’est gênant. Il est regrettable également de voir des immigrés, parfois diplômés, contraints de mendier. Ils découvrent une réalité marocaine dont ils n’avaient pas conscience. Il n’y a pas du travail pour tout le monde.

___

Propos recueillis par Clarisse Juompan-Yakam

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici