Fermer

Maroc : Moulay Ismaïl Salma Sidi Mouloud, le vétéran blessé

Moulay Ismaïl Salma Sidi Mouloud (à d.) et son fils Mohamed Lemine. © Vincent Fournier pour J.A.

Moulay Ismaïl Salma Sidi Mouloud a 85 ans. Il est originaire de Smara, et issu de la tribu Reguibat.

À la fin des années cinquante, il a quitté son troupeau de dromadaires pour aller combattre les Espagnols et les Français au sein de l’armée de libération du Sud. Son camarade d’alors n’était autre que le père de Mohamed Abdelaziz, l’actuel chef du Polisario. Blessé, il se réfugie en Mauritanie, fréquente Moktar Ould Daddah, puis revient s’installer dans la badia, la brousse désertique qui entoure Smara. Un matin d’octobre 1979, une colonne du Polisario tire à l’aveugle sur son campement, tuant deux de ses filles et trois de ses neveux. Salma Sidi Mouloud est laissé pour mort. Une heure plus tard, les guérilleros se retirent, emmenant avec eux plusieurs centaines de civils dont sa femme enceinte et ses trois fils. L’un d’eux, Mustapha Salma, deviendra chef de la police du Polisario avant d’être emprisonné pendant trois mois dans les geôles du Front puis expulsé en décembre 2010 vers la Mauritanie. Né dans un camp un mois à peine après l’enlèvement de sa mère, le cadet, Mohamed Lemine (à g. sur la photo), est parvenu au bout de trente-deux ans à rejoindre enfin ce père qu’il n’avait jamais vu. C’était en 2011. Depuis, il ne le quitte plus.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici