Fermer

Football : les trublions des tribunes

Incidents après Espérance Tunis - Al-Saad au Mondial des clubs. © AFP

Injures, interruptions de matchs, gestes violents... La Confédération africaine de football (CAF) a publié la liste des sanctions frappant joueurs, clubs et staffs sportifs africains.

Le suspense a pris fin le 24 octobre. À l’Inkosi Albert Luthuli Convention Centre de Durban, les seize équipes qualifiées pour la CAN 2013 (19 janvier-10 février) ont été réparties en poules de quatre, à l’issue d’une grandiose cérémonie de tirage au sort. Alors que la Côte d’Ivoire, meilleure équipe du continent, hérite du groupe le plus relevé, aux côtés de la Tunisie, de l’Algérie et du Togo, les trois autres têtes de série (Afrique du Sud, Zambie et Ghana) s’en sortent plutôt bien. Ainsi, l’hôte sud-africain affrontera au premier tour l’Angola, le Maroc et le Cap-Vert. Un instant de fête qui pourrait faire oublier le tableau noir des sanctions infligées à plusieurs sélections nationales, publié le 20 octobre sur le site de la Confédération africaine de football (CAF).

Le jury disciplinaire de la CAF a tenu, en effet, à ne pas passer sous silence les « incidents » qui ont récemment émaillé plusieurs matchs disputés sur les pelouses africaines. Chez les séniors, la palme de l’indiscipline revient aux Chevaliers de la Méditerranée, ex-Verts. L’équipe nationale libyenne a écopé d’une amende de 10 000 dollars (7 700 euros) pour « avoir agressé des photographes après le coup de sifflet final » du match aller du dernier tour éliminatoire de la CAN 2013 face aux Fennecs d’Algérie, mi-septembre, à Casablanca. Cette rencontre sous tension s’était conclue par des heurts entre joueurs rivaux. « Djebbour [l’attaquant algérien, NDLR] nous [avait] traités de rats et de chiens de l’Otan et n’arrêtait pas de crier : "Vive Kadhafi" », avait alors tenté de se justifier le défenseur libyen Ali Salama.

Commentaires racistes

Les moins de 20 ans n’ont pas non plus été exempts de tout reproche lors de la phase éliminatoire de la CAN U20, qui doit se disputer du 16 au 30 mars 2013 en Algérie. Parmi les trublions, le Dr Mude Munana, le médecin de l’équipe nationale de la RD Congo. Suspendu pour deux matchs, il devra verser une amende de 5 000 dollars pour avoir proféré des « propos injurieux » lors de la confrontation aller entre les Lions indomptables du Cameroun et les Léopards congolais. Du côté des footballeurs eux-mêmes, la médaille d’or de l’antijeu a été décernée au Guinéen Yansané Mory et au Tunisien Benouanas Mortada : trois matchs de suspension et une amende de 5 000 dollars chacun, pour « comportement violent et agressif ».

Enfin, la commission de discipline de la CAF n’a pas épargné les équipes engagées dans les deux compétitions africaines interclubs. En Ligue des champions, sept clubs sont condamnés à des peines d’amende allant jusqu’à 31 000 dollars pour l’Étoile sportive du Sahel, notamment pour « interruption du match » l’opposant à l’Espérance sportive de Tunis. En Coupe de la confédération, le club marocain MAS de Fès devra verser 100 000 dollars : l’un de ses joueurs s’était livré à des « commentaires racistes et indécents sur l’arbitre » (angolais) du match contre les Léopards de Dolisie. 

_________

Trésor Kibangula (@Tresor_k)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici