Fermer

Liberia : la France déroule le tapis rouge pour Johnson-Sirleaf

Ellen Johnson-Sirleaf est la première et seule femme à la tête d'un État africain. © Reuters

La présidente du Liberia effectuera une visite officielle à Paris, le 7 novembre. Ellen Johnson-Sirleaf y recevra notamment la grand-croix de la Légion d'honneur (la plus haute décoration civile du pays) à l'Élysée.

Alors que les chefs d’État d’Afrique francophone jouent des coudes pour être reçus par François Hollande, ce dernier va dérouler le tapis rouge pour la présidente du Liberia. Ellen Johnson-Sirleaf sera accueillie en visite officielle à Paris le 7 novembre, à l’initiative de la France, et recevra la grand-croix de la Légion d’honneur (la plus haute décoration civile du pays) à l’Élysée.

Lauréate du prix Nobel de la paix en 2011, première (et pour l’instant unique) femme élue à la tête d’un État africain, Ellen Johnson-Sirleaf est, il est vrai, un symbole de la démocratisation du continent chère à Hollande – même si les critiques sur sa gestion ne sont pas rares, y compris de la part de sa compatriote et colauréate du prix Nobel, Leymah Gbowee.

Lors de cette visite, les chefs d’État évoqueront la force qui doit être mise sur pied par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) pour reconquérir le nord du Mali. Le Liberia est réticent à envoyer des militaires pour des raisons de sécurité intérieure, mais soutient l’initiative, au moins diplomatiquement. Mais c’est surtout la coopération économique qui préoccupe Monrovia : Ellen Johnson-Sirleaf devrait rencontrer Nicole Bricq, la ministre française du Commerce extérieur, et consacrer un long déjeuner au Medef (la principale organisation patronale), avec plusieurs tête-à-tête.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici