Fermer

Palestine : le front africain du refus

La délégation palestinienne le 29 novembre 2012, jour de l'admission de la Palestine comme État. © Stan Honda/AFP

Seuls cinq pays africains n'ont pas voté lors de l'Assemblée générale de l'ONU en faveur de l'octroi à la Palestine du statut d'observateur non membre, le 29 novembre : le Cameroun, le Malawi, le Rwanda, la RDC et le Togo. Explications.

Le 29 novembre au siège de l’ONU, l’écrasante majorité des États africains a voté en faveur de l’octroi à la Palestine du statut d’observateur non membre, mais cinq se sont abstenus : le Cameroun, le Malawi, le Rwanda, la RDC et le Togo. Actuellement membre non permanent du Conseil de sécurité, ce dernier entretient d’excellentes relations avec Israël. Le président Faure Gnassingbé se trouvait d’ailleurs le 29 novembre à Jérusalem, où Shimon Pérès, son homologue israélien, a offert un dîner en son honneur. L’abstention du Cameroun est sans doute motivée par l’étroite coopération entre les services de sécurité des deux pays. La RD Congo, fragilisée par le conflit du Nord-Kivu, a été soumise à de fortes pressions de la diplomatie américaine, et notamment de Susan Rice, l’ambassadrice aux Nations unies. Quant au Rwanda et au Malawi, ils n’ont jamais caché leur proximité avec l’État hébreu. Par ailleurs, la Guinée équatoriale, le Liberia et Madagascar ont été déclarés absents, leurs représentants n’ayant pas participé à l’Assemblée générale sans qu’on sache s’il s’agit d’une étourderie, d’un cas de force majeure ou d’une consigne de leur gouvernement (voir aussi p. 15).

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici