Fermer

RDC : François Olenga, chef, oui chef !

Le lieutenant-général Olenga. © Tony Karumba/AFP

Proche du président Kabila, François Olenga est, depuis le 23 novembre, le nouveau chef d'état-major de l'armée de terre congolaise.

Depuis sa nomination, le 23 novembre, comme chef d’état-major de l’armée de terre, le lieutenant-général François Olenga, 64 ans, ne cesse de faire entendre sa voix. Nommé en remplacement du controversé général Amisi, il a déjà menacé de lancer une contre-offensive sur Goma, la capitale du Nord-Kivu, prise aux Forces armées de RDC (FARDC) par les rebelles du M23 le 20 novembre. Son retour sur le devant de la scène est interprété par de nombreux observateurs comme une volonté de redonner confiance à une armée en perte de vitesse. « Olenga a le sens de la communication en temps de guerre. C’est aussi quelqu’un qui a du caractère. Cela peut faire douter l’adversaire et regonfler le moral des troupes », souligne un analyste congolais.

Ce n’est pas la première fois qu’il se voit confier le commandement de la force terrestre : il s’en était déjà occupé de 2001 à 2003, lorsque Joseph Kabila, jusqu’alors chef d’état-major de cette branche de l’armée, est devenu président de la République.

Homme d’affaires

Les détails sur son parcours sont rares. On sait néanmoins qu’avant l’arrivée au pouvoir de Laurent-Désiré Kabila, en 1997, il vivait à l’étranger, notamment en France et en Allemagne. C’est au cours de ses années d’exil qu’il rencontre le futur président de la RD Congo. Quand commence la guerre de 1996, soutenue par le Rwanda et l’Ouganda, Olenga se retrouve dans les rangs de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre (AFDL). Chargé de la logistique, il a assuré l’approvisionnement en armes des tombeurs du régime du maréchal Mobutu. Après l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila, en 2001, il est parmi ceux qui participent à toutes les discussions qui ont conduit au choix de Joseph Kabila comme chef de l’État. En 2005, il est nommé inspecteur général de l’armée et, à ce titre, supervise les achats d’armes dans les pays de l’Est. C’est un très proche de l’actuel président.

Originaire du Maniema, François Olenga est aussi un homme d’affaires prospère. Il a construit à Nsele, dans la banlieue de Kinshasa, un centre de loisirs baptisé Safari Club où les Kinois ont pris l’habitude d’aller se détendre. Nul doute que sur le front de Goma ce sera une autre histoire. 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici