Fermer

L’étrange raout des médias camerounais à Yaoundé

Hervé Bourges était l'invité du ministère camerounais de la Communication. © L. Banaventure/AFP

Les états généraux de la communication se sont tenus à Yaoundé, du 5 au 7 décembre. L'occasion de faire valoir les droits des journalistes et de la liberté d'expression au Cameroun ? Pas tout à fait...

Boycottés par le principal syndicat professionnel, les états généraux de la communication (Yaoundé, 5-7 décembre) avaient pour objectif inavoué de remettre un peu d’ordre dans la pétaudière des médias camerounais. Ils ont accouché d’une étrange résolution : peut désormais se déclarer journaliste toute personne diplômée d’une école spécialisée (journalisme ou communication) et/ou travaillant dans une entreprise de presse avec le niveau bac+3. Pour arriver à ce résultat, le ministère de la Communication a débloqué près de 100 millions de F CFA (plus de 150 000 euros) et invité une cohorte d’« amis du Cameroun », parmi lesquels le Français Hervé Bourges, qui forma plusieurs générations de confrères à l’école de journalisme de Yaoundé, et le Canadien Jean-Louis Roy, ancien secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie. Parmi les journalistes de la diaspora invités, beaucoup ont décliné.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici