Fermer

Casamance : deuxième round de négociations

Huit otages, dont six militaires, libérés par les rebelles. © AFP

Après la libération, le 9 décembre, de huit militaires prisonniers depuis un an, les négociations entre des représentants de Salif Sadio, l'un des chefs du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC), et le gouvernement sénégalais reprendront en janvier, à Rome, sous l'égide de la communauté de Sant'Egidio.

Les négociations entre des représentants de Salif Sadio, l’un des chefs du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC), et le gouvernement sénégalais reprendront en janvier, à Rome, sous l’égide de la communauté de Sant’Egidio. Il s’agit de trouver une voie médiane entre autonomie et régionalisation avancée. Le 9 décembre, les autorités sénégalaises ont accueilli favorablement la libération de huit militaires prisonniers depuis un an, et pourraient prochainement lever les mandats d’arrêt lancés contre les rebelles. Mandaté par le président Macky Sall, Mgr Théodore Adrien Sarr, archevêque de Dakar, discute pour sa part avec César Atoute Badiate, le chef militaire d’une autre faction du MFDC. Prenant acte de ces avancées, Yahya Jammeh, le président gambien, souhaite être associé au processus. Dans les prochains jours, il va tenter d’organiser une rencontre entre les représentants des factions dirigées par Sadio et Atoute Badiate, afin de définir une plateforme commune. Robert Sagna, l’ancien maire de Ziguinchor, travaille lui aussi au rapprochement des frères ennemis.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici