Fermer

Mali : islamisme ethnique ?

Iyad Ag Ghali à Kidal, le 7 août. © AFP

Dans le Nord-Mali, islamistes et jihadistes se réorganisent sur des bases clairement ethniques. Une façon pour le Touareg Iyad Ag Ghali, chef d'Ansar Eddine, d'accroître sa mainmise.

Touaregs… Ansar al-Charia, pour les Maures et les Bérabiches… Bientôt un groupe armé composé de Songhaïs et de Peuls… Dans le Nord-Mali, islamistes et jihadistes se réorganisent sur des bases clairement ethniques. Une source sécuritaire malienne ne doute pas un instant que le Touareg Iyad Ag Ghali, chef d’Ansar Eddine, soit à la manoeuvre : « Maintenir l’unité d’un groupe comprenant des Maures, des Bérabiches et des Touaregs était trop compliqué. Il a préféré les séparer et rester le chef qui coordonne les actions sur le terrain. » Mais, pour lui, c’est aussi une façon d’accroître son poids à la table des négociations amorcées à Ouagadougou avec les autorités maliennes et d’affaiblir Al-Qaïda au Maghreb islamique. « S’ils n’ont plus d’appuis locaux, ils seront obligés de songer à des solutions de rechange », ajoute notre source. La fuite, peut-être ?

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici