Fermer

Cameroun : le palais d’Etoudi sans eau courante

L'usine de Yato, mise en service en juin 2010, de Camwater. © Camwater

Depuis l'arrêt en octobre des décaissements de l'Agence française de développement (AFD) et la Banque européenne d'investissements (BEI) en faveur de la Cameroon Water Utilities Corp. (Camwater), les pénuries d'eau touchent même le palais d'Etoudi, siège de la présidence.

L’Agence française de développement (AFD) et la Banque européenne d’investissements (BEI) ont suspendu au mois d’octobre leurs décaissements en faveur de la Cameroon Water Utilities Corp. (Camwater), la société à capitaux publics chargée de construire les infrastructures nécessaires à la production d’eau potable à Yaoundé (montant total du prêt : 100 millions d’euros). Les incompréhensions entre Jean Williams Solo, le nouveau directeur de l’entreprise, et Brahim Ramdane, le patron marocain de la Camerounaise des eaux, l’entreprise chargée de la distribution, ont incité l’AFD à la prudence. L’arrêt des décaissements compromet la livraison du complexe Mefou-Messa, une station de traitement censée améliorer la production d’eau potable dans la capitale camerounaise. La situation est d’autant plus grave que les pénuries frappent désormais le palais d’Etoudi, siège de la présidence. Basile Atangana Kouna, le ministre chargé de l’Eau, s’est précipité à Paris début décembre pour tenter de renouer les fils de la coopération.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici