Fermer

Algérie : démission d’Ahmed Ouyahia, les raisons d’un lâchage

Ahmed Ouyahia, le 3 septembre 2012 à Alger. © AFP

Quatre jours après la victoire du Rassemblement national démocratique (RND), son parti, aux sénatoriales du 29 décembre, Ahmed Ouyahia a démissionné de son poste de secrétaire général.

Les succès électoraux de l’ancien Premier ministre n’ont à l’évidence pas fait le poids face à la dissidence qui depuis des mois mine la deuxième force politique de l’Algérie. D’autant que plusieurs ministres RND, parmi lesquels Cherif Rahmani, celui de l’Industrie, ont signé une pétition exigeant le départ d’Ahmed Ouyahia. Président du Conseil de la nation (Sénat) et proche d’Abdelaziz Bouteflika, Abdelkader Bensalah n’a, pour sa part, pas signé la pétition, mais il a fait savoir à l’intéressé qu’il ne le soutenait pas. Quant au commandement de l’armée, jusque-là soutien indéfectible, il n’a semble-t-il pas apprécié les propos d’Ouyahia imputant les faillites et les échecs des pouvoirs publics à une responsabilité collective.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici