Fermer

Tunisie – Libye : l’embarrassante affaire Mahmoudi

L'ancien Premier ministre de Mouammar Kaddafi, Baghdadi Mahmoudi. © DR

Les avocats de Baghdadi Mahmoudi, l'ancien Premier ministre de Mouammar Kadhafi, ont décidé de porter son cas devant la Cour internationale de justice (CIJ), à La Haye. Ils dénoncent des tortures sur leur client.

Pour défendre Baghdadi Mahmoudi, l’ancien Premier ministre de Mouammar Kadhafi, sa famille a décidé d’adjoindre à Pierre-Olivier Sur, bâtonnier de l’ordre des avocats à la cour de Paris, deux avocats tunisiens, Mes Mabrouk Korchid et Mehdi Bouaouaja. Extradé de Tunisie en catimini le 24 juin 2012, Mahmoudi aurait, selon ses avocats, subi depuis dans les prisons libyennes des sévices tels que ses jours seraient en danger, même s’il a déclaré le contraire aux membres de l’ONU qui ont pu le rencontrer pendant quelques minutes le 22 février.

L’affaire va être portée devant la Cour internationale de justice (CIJ), à La Haye, et le comité (onusien) des droits de l’homme, à Genève. Elle risque d’éclabousser les autorités tunisiennes. Me Bouaouaja souligne en effet que l’incarcération de Mahmoudi, en 2011, était illégale puisque aucune charge n’avait pu être retenue contre lui. La procédure d’extradition lancée à son encontre par Hamadi Jebali, le Premier ministre, ne l’était pas moins, selon le tribunal administratif de Tunis. Elle avait été négociée, à Paris, par Saïd Ferjani, un proche de Rached Ghannouchi, le président d’Ennahdha, et Salem el-Hassi, le chef des services secrets libyens. Mais Ferjani refuse aujourd’hui d’évoquer la question et, pour toute information, renvoie vers Jebali.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici